Rappel de l'épisode précédent .

 

Souvent on m'interrogeait sur ma servitude !

quelle servitude ! répliquais-je ?

Je participe à la vie d'un homme d'exception et exceptionnel, je travaille avec un être délicieux, je partage sa vie, je prends soin de lui, il veille sur moi, il me communique  son expérience il m'apprend à utiliser sainement et intelligemment les outils dont nous dote la vie........

Episode 09

Après cette réponse argumentée les interrogateurs s'esquivaient .

Mon estime et mon dévouement était sans limite parce-que l'homme au service duquel j'était était foncièrement bon. 

 

Nous partîmes un matin de Montreux vers Berne avec le petit train historique traversant: la Gruyère,  l'Oberland (pays d’en haut) pour Château d'œx.

Les bagages étaient limités notre séjour étant court.

 

 

Monsieur voulait goûter la merveilleuse soupe au foin et les ris de veau du fameux restaurant de l'hôtel de la poste de Château d'Œx.(VD)

Aprés le déjeuner nous nous sommes baladé dans le village puis, avons commandé un taxi pour visiter des amis habitant entre Rougemont et Saanen.

 

Retournés à Chateau d'Œx en fin d'après-midi nous montions dans la télécabine pour nous hisser jusqu'au restaurant dortoir de la Braye pour une seule et belle nuit celle du festival des ballons à air chaud .

 

Emmitouflés comme des esquimaux nous dégustions notre fondue à l'extérieur debout autour d'un "arbre à fondue".

L'arbre à fondu était un tronc évidé en son sommet pour laisser place à un réchaud à alcool sur lequel reposait un caquelon de fondue parfumée au kirch.

Dans le tronc, des cavités aménagées comportaient les fourchettes, le pain, le poivre, ainsi qu'un bouteille de fendant et deux gobelets vaudois.!

Pendant que trempions notre pain dans la fondue, nous avions une vision de toute beauté; tout en bas en bas, dans la vallée, les ballons à air chauds étaient devenus captifs, ils activaient leurs brûleurs à gaz illuminant par leur enveloppe coloriée le ciel clair et frais. 

La haut sur la montagne surplombant le village, des centaines de skieurs munis de flambeaux rejoignaient comme une immense chenille enflammée les ballons dans la vallée. 

C'est un superbe spectacle auquel il faut assister une fois dans la vie si pouvez vous rendre à Château d'Œx dans le pays "d'enhaut".

 

 

Le spectacle terminé tous les jeunes descendirent en luge ou en ski  jusqu'à la télécabine éclairés par des feux de Bengale. 

Aprés un thé de cynorhodon nous montions mon monsieur & moi au dortoir nous coucher comme des spartiates dans un sac de couchage en plumes d'oie:  "â la guerre comme à la guerre me dira t'il .

Le rituel du réveil fut écourté et aussi spartiate que la nuit,  j'aidais monsieur à se doucher puis, après un immense bol de boisson chocolatée, pain beurre de gruyère confiture d'airelles nous redescendîmes puis retournèrent à Rougemont pour déjeuner chez des amis de feue Madame. 

 

Un petit incident émailla cette journée, le maître de maison ex-ministre de la République Française ne souhaitât pas qu'un domestique déjeunât à sa table : “c'est mon officier d'ordonnance et mon ami Il faudra composer avec:  ”trancha mon monsieur".

 

 

Finalement l'entente fut si parfaite que nous acceptâmes l'hospitalité et réprimes le chemin inverse le lendemain en emportant de la tome fraîche de Rougemont, 1 litre de double crème de gruyère et les fameuses meringues .

 

On m'embrassa avec affection au départ ce qui nous fit tous plaisir.

Désormais monsieur poserait ses conditions avant de recevoir et d'accepter les invitations. J'étais confirmé aide de camp et officier d'ordonnance et ami.

 

Me parlant de sa guerre et de son expérience de vie, il s'exprima par une sorte de métaphore imagée : «tu vois mon petit dans la vie il y a les moutons, les loups et les chiens de bergers ....tu es doux comme un agneau, fort & rusé comme un loup , fidèle comme un chien de berger. 

 

je souriais c'était un drôle de mélange.!

 

Les jours suivants nous nous rendîmes au chalet à godet: 

campus de l'école hôtelière de Lausanne, nous déjeunâmes au splendide restaurant d'application: (Le berceau des sens situé au 18 route de cojonnex 1000 Lausanne (+41 21 785 12 21 

 

 

 

La petite fille de monsieur ayant choisi les métiers de l'hôtellerie et du tourisme nous étions convenus de visiter toutes les écoles hôtelière de la Suisse Romande : Genève, Lausanne, Glion s/ Montreux, Bluche s/ Sierre .

 

Le lendemain nous fûmes invité par des parents de Monsieur pour déjeuner au restaurant du port de Pully autour d'un plat de filets de perches du lac pour clore cette studieuse journée.

 

Notre séjour chez les Vaudois se termina par un dîner chez Denis Martin cuisinier moléculaire rue du château à Vevey avec le sculpteur, sa sœur et l'antiquaire Gallich.

Le lendemain Francis Bonvin-taxis de Crans-Montana vint nous chercher pour nous conduire à Bluche à Crans-montana dans un beau chalet centenaire mais un peu vieillot.

 

Arrivés sur place, nous avons rapidement admis qu'il n'était pas du tout pratique pour un octogénaire et pour son aide de camp. 

Monsieur n'y était pas revenu depuis la disparition de son épouse quelques années auparavant.

 

Le soir de notre arrivée il faisait très froid malgré la flambée de la femme de chambre, trop froid pourtant,  nous nous y installions ce soir là après un avoir dîné au restaurant leThaï.

 

Il neigea toute la nuit et les jours suivants.

J'alimentais les cheminées sans cesse mais il faisait froid un froid sec mais froid .?

On avait beaucoup de difficulté à maintenir une chaleur constante ...

The mystery Butler | Jules mountbrion

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now